cafoutch  > Articles > Reggae - Dub  > ERNEST RANGLIN

ERNEST RANGLIN

Reggae - Dub Twitter Facebook Google +

Ernest Ranglin est sans doute le plus grand guitariste de l’Histoire de la musique jamaïcaine...

Les yeux rieurs, le cheveux ras et grisonnant, ce type est en effet, sans avoir l’air d’y toucher, l’un de ceux qui contribua le plus à l’évolution du genre, et son jeu de guitare fourni et versatile est un raccourci ébouriffant entre musique caribéenne et reggae, un mélange de phrasés jazz et de rythmiques locales.

Ernest Ranglin est né en Jamaïque en 1932. Il a deux oncles qui jouent de la guitare et du ukulele, et tout petit déjà, il leur taxait leur instrument et essayait de les imiter. A l’âge de 15 ans, il intègre son premier groupe, le Val Bennet Band, et au début des années 50, on le considère comme un guitariste de jazz compétent, ce qui l’amène à tourner en dehors de l’île. Vers 1959, il rejoint le bassiste Cluett Johnson dans son groupe de studio Clue J and His Blues Blasters, qui enregistre plusieurs instrumentaux pour le légendaire producteur Clement Coxsone Dodd. Le premier de ces enregistrements,

  Shufflin Jug 

, est considéré comme l’un des premiers morceaux ska. Le jeu d’Ernest Ranglin lui vaut d’être un musicien de studio très demandé, et il enregistre abondamment durant la première moitié des années 60, en plein age d’or du ska. Au milieu des années 60, il sort deux albums jazz : Wranglin (1964) et Reflections (1965). A cette époque, le producteur Duke Reid l’engage en tant que directeur musical de son mythique studio Treasure Isle, dans lequel il travaille plusieurs années durant. A partir de la fin des années 60 et tout au long des années 70, il travaille comme musicien de studio et arrangeur pour beaucoup des meilleurs producteurs de Jamaïque (Coxsone Dodd, Lee Perry, Clancy Eccles...) tout en continuant à jouer des choses plus jazz, notamment aux côtés de son ami pianiste Monty Alexander. Durant cette période, il enregistre très peu sous son nom, ce qui ne contribue évidemment pas à le sortir de l’anonymat dans lequel il semble qu’on l’ait confiné depuis toujours.
1996 sera l’année de son arrivée (de son retour ?) sur le devant de la scène avec Below The Bassline, un très bel album constitué pour une bonne moitié de standards reggae des années 60 et 70 signés Augustus Pablo, Burning Spear, Johnny Clarke, Toots ou encore les Congos. Avec Memories Of Barber Mack, son deuxième album pour le label Island Jamaïca Jazz, Ernest Ranglin revient à des choses plus personnelles et, si l’on excepte deux reprises de Junior Byles et Derrick Harriott, toutes les compositions sont signées de sa main. Ce disque est, à proprement parler, moins reggae que le précédent, tout en collant plus exactement à l’inspiration actuelle du guitariste. Effluves d’un jazz ensoleillé, relents de musique caraïbe, l’album explore avec passion les différents passés de la musique jamaïcaine, et il se démarque grandement des productions actuelles de l’île. Certes moins intéressant que les oeuvres plus anciennes d’Ernest Ranglin, Memories of Barber Mack reste un disque rare, précieux, une petite perle instrumentale égarée dans un monde où tous ne jurent que par la machine.
Jah Rach


Ernest Ranglin
« Sounds & Power » (Studio One)
« Play The Time Away » (Grove Music)
« Below The Bassline » (Island)
« Memories of Barber Mack » (Island)

17

du sam. 17 novembre à partir de 20H00 au dim. 18 novembre 2018 jusqu'à 02H30

Bocapole Bressuire 79

http://www.thesoulfunky.org

Bressuire (79)