cafoutch  > Chroniques > Mundial  > Nahawa Doumbia

Nahawa Doumbia

Mundial Twitter Facebook

la grande cantatrice malienne

par Bob Stereo

Née en 1960, Nahawa Doumbia a passé son enfance à Manankoro, près de Bougouni, la ville la plus importante du Wassoulou - une région qui donna au Mali quelques uns de ses plus grands chanteurs. Elle se fait un nom en participant à de nombreux concours régionaux et nationaux.

C’est en 1982, à l’age de 22 ans, qu’elle publie son premier album La grande cantatrice malienne - Découverte 81 à Dakar sur lequel elle est seulement accompagnée par son mari le guitariste N’gou Bagayoko. Cette formule acoustique convient à merveille à la voix de la jeune Nahawa - une voix au timbre unique, naturelle, sans effet inutile. Musicalement, la chanteuse ne se contente pas de réinterpréter le folklore traditionnel comme beaucoup d’autres mais crée une musique populaire originale et moderne, abordant dans ses textes des sujets comme l’amour ou la condition de la femme au Mali.

Elle sort un deuxième album, laconiquement intitulé Vol 2, suivant cette même formule la même année. Toujours en 1982, elle publie son troisième album, La grande cantatrice malienne Vol 3, sur lequel elle inaugure une fusion inédite entre instrumentation traditionnelle et électrique. Réédité il y a quelques années par le label Awesome Tapes from Africa, ce disque superbe est un des classiques de la musique pop malienne.

Après cet impressionnant début de carrière, Nahawa Doumbia finit la décennie des 80’s avec la publication de trois albums supplémentaires dans lesquels, à l’instar d’un Salif Keita, elle adopte une production résolument moderne qui a bien mal vieilli.

Il faudra attendre 1997 et la sortie de l’album Yankaw, suivi deux ans plus tard par Yaala - tous deux publiés par le label français Cobalt - pour pouvoir enfin retrouver une part de la magie des premiers enregistrements. Sur ces disques, sa voix s’appuie sur une instrumentation à la fois traditionnelle (n’goni, djembe, balafon) et pop (guitare, basse électrique). En 2004, la publication de Diby, un album inégal, n’apporte pas grand chose de plus et signe la fin de la carrière internationale de la chanteuse.

Nous reste donc une poignée d’albums à écouter et réécouter, une œuvre substantielle qui aura eu une influence décisive sur la musique populaire malienne des années 80 et 90.


Bob Stereo