Bossa Nova 2000

by Bob Stereo

Une sélection de titres enregistrés ces dernières années par des artistes qui ont su préserver et faire vivre l’héritage des musiques populaires brésiliennes des années 60 et 70.

Sélection : Bob Stereo
Mix : DJ Tony Swarez

1. Celso Fonseca - Sem Resposta (2003)
2. Vinicius Cantuaria - Praia Grande (2010)
3. Patricia Marx - Baiao de Janeiro (2010)
4. Vitto Meirelles - Separação (2005)
5. Bebel Gilberto - Tudo (2014)
6. Raf Vilar - Entao Ve (2011)
7. Clara Moreno - Bahia Com H (2007)
8. Toco - Versos Perdidos (2014)
9. Aline de Lima - Amor com Solidao (2008)
10. Marcio Faraco - Com Tradicao (2004)
11. Rosalia de Souza - 5 Dias de Carnaval (2009)
12. Arthur Verocai - Caminho Da Roça (2007)
13. Arto Lindsay - Gaiato (2002)
14. Eliane Elias - Aquarela do Brasil (2015)

Mali 2000

mixtape by Bob Stereo

Du Wassoulou à Bamako, 25 ans de musiques populaires du Sud Mali.
Une sélection de Bob Stereo mixée par DJ Tony Swarez.

1. Nahawa Doumbia - Minia (1999)
2. Abdoulaye Diabaté - Gnoko (1998)
3. Cheick Tidiane Seck - Kobénatouma (2006)
4. Koutiakan - Donso (2001)
5. Bamba Wassoulou Groove - Yacouba (2015)
6. Adama Diabaté - Sabafolo (1995)
7. Mama Sissoko - Boma Ma (1999)
8. Djenaba Diakité - DJourouni Lady (1993)
9. Kassé Mady Diabaté - Lafia Jeli (2002)
10. Abdoulaye Diabaté - Foronto (1998)
11. Nahawa Doumbia - Tolon (1997)
12. Diaba Koïta - Khoussa (1994)
13. Zani Diabaté - Djiri Djalan (2012)
14. Ramata Diakité - Saba (1998)

Abidjan 70

mixtape / Bob Stereo

Dans les années 70, la ville d’Abidjan devient le carrefour musical de toute l’Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire offrant à l’époque aux musiciens étrangers des opportunités auxquelles ils ne peuvent souvent prétendre dans leur pays d’origine. La scène musicale abidjanaise déborde alors d’une incroyable vitalité et plusieurs maisons de disques voient le jour.
En 1976 est créée la Société Ivoirienne du Disque, une maison de disques qui s’impose au tout premier plan de la production musicale du pays. A travers le label, ses filiales ainsi qu’à une audacieuse politique de distribution, la S.I.D. publie ou diffuse de nombreux classiques de la musique ouest africaine. La sélection que nous vous proposons est constituée d’une série de 45 tours que la S.I.D. produisit en 1976 et 1977, une sélection de titres jamais réédités et qui aborde des styles très divers : rock, funk, soukous, afro-latin et musique populaire ivoirienne. Les Messagers du Mali, le togolais Sewavi Jacintho et le guitariste gambien Francis Koffi Kingsley y côtoient de grands artistes ivoiriens comme Anoman Brouh Félix, Bony Pascal et ses Cantadors de la Capitale, ou encore Eba Aka Jerome et son groupe le Sanwi Star qui accompagnent ici le chanteur Théodore Boumbhé.

01. Anoman Brouh Félix - Anon assalé
02. Sewavi Jacintho - Mlade dua
03. John Malik & Afrodelic Six - Attiéké oh !
04. Alberto Siassia - Solitude
05. Les Cantadors de la Capitale - Année de la femme
06. Armand Pascal Lido - Wané wah
07. Sewa Jacintho - Innocent
08. John Malik & Afrodelic Six - Osé yé
09. Les Messagers du Mali - Allez à la SONATAM
10. Théodore Boumbhé - Maquis bat son plein Pt 1 & 2
11. Francis Kingsley & Emitaïs - Live in peace

Sélection : Bob Stereo
Numérisation et restauration du son : Marabout Bernard
Mix : DJ Tony Swarez

Ghanaian highlife 1973-1981

La Discothèque Africaine / Bob Stereo

Le highlife fut durant des décennies la musique emblématique du Ghana.
Cette sélection de neuf titres - dont aucun n’a été réédité à ce jour - rend compte des évolutions du genre durant les riches années 70.

Sélection Bob Stereo
Numérisation et restauration Marabout Bernard
Mix DJ Tony Swarez

01. Sammy Cropper « Akwantfi owuo »
02. Kwasi Boateng’s Band « Otwe »
03. Kyerematang Stars « Okwantuni »
04. F. Kenya’s Band « Awielee »
05. Safohene Djeni « Menkoa »
06. Atakora Manu « Canaan akwantu »
07. City Boys Band « Awisia wode nnim »
08. Appia Morroh « Man moeu »
09. African Brothers International « Onyame wo m’afa »

La Disco Afro #7

mixed by Bon-Ton Roulay

Parmi la quantité incroyable de disques récemment disponibles, Bon-Ton Roulay vous a choisi ses rééditions et nouveautés préférées.

SORRY BAMBA DU MALI Astan Kelly
Sorry Bamba Du Mali / Songhoi
Compositeur et multi-instrumentiste malien, Sorry Bamba voit son premier album solo (1977) réédité par le label Songhoi. Légende de la musique malienne, et plus spécifiquement dogon, sa carrière prolifique s’étale de 1957 au début des années 2010. L’album dont il est question ici navigue entre traditon dogon, ryhtmes afro-latins, jazz et funk... Une perle qui était devenue rare et un classique de la musique malienne !

BONCANA MAÏGA Koyma Hondo
Koyma Hondo / Hot Casa Records
Le label de Julien Lebrun et Djamel Hammadi nous gâte encore une fois avec la sortie d’une sélection de morceaux rares sortis entre 1978 et 1982 du producteur et musicien malien (encore un !) Boncana Maïga. Longtemps arrangeur et flutiste pour des musiciens latinos (cubains, colombiens,...), on trouve sur ce disques des morceaux plutôt orientés disco-funk ultra-efficaces. Encore une fois, merci Hot Casa Records !

SUPER MAMA DJOMBO Dissan Na M’Bera / LSD Edit
Radio Mawimbi Volume 2 / Mawimbi
Groupe essentiellement actif dans les années 1970 et début 1980, originaire de Guinée-Bissau, le Super Mama Djombo était un groupe politiquement engagé dans la voie de l’indépendance de leur pays (sous tutelle portugaise jusqu’en 1973) et un symbole des luttes anti-coloniales du continent. Leur plus gros succès, Dissan Na M’Bera est ici revisité par le crew toulousain Love Save The Date aka LSD pour le label afro-electro Mawimbi, sur l’excellente compilation de remix et d’edits Radio Mawimbi Volume 2 sorti il y a quelques semaines.

MULATU ATSAKE Emnete
Taitu Soul-fuelled Stompers from 1970s Ethiopia / BBE Records
Encore une compilation ethio-funk ! Oui , mais sans doute l’une des meilleures et des plus dansantes, avec des morceaux jusqu’ici jamais entendus ailleurs ! On la doit à Ernesto Chahoud, digger et dj germano-libanais, acolyte de JJ Whitefield (un des fers de lance de la scène new-funk allemande). Il a sélectionné sur trois galettes (soit 25 morceaux !) les meilleurs 45 tours issus de sa collection. Au programme, la crème de l’âge d’or de la musique éthiopienne, mélange de r’n’b, de funk, de rock, en mode pentatonique, et chanté en amharic. Un régal !

PAT KALLA & Le Super Mojo Disco Ancien Combattant
Combattant / Favorite Recordings
Vous connaissez sans doute la voix de Pat Kalla à travers ses collaborations avec les lyonnais du Voilaaa Soundsystem, et notamment leur hit « On Te L’Avait Dit » de 2015. Le musicien-chanteur-conteur d’origine camerounaise revient ici en leader avec le Super Mojo Disco, son backing band lyonnais sur cet EP sorti sur Favorite Recordings. Cinq titres produits par Bruno Patchworks Hovart, cinq hit potentiels, cinq bombes pour les pistes de danse, aux influences afro-disco, semba angolais, makossa camerounais, highlife, au son à la fois vintage et très actuel. Une vraie réussite, un disque anti-crise rempli d’énergies positives et de bonne humeur. « Attention c’est médicament » dixit Pat himself. Vivement l’album !!

FREH KHODJA La Coladera
Habibi Funk 007 : An eclectic selection of music from the Arab world / Habibi Funk
Actif depuis presque trois ans, le label Habibi Funk est un des rares sur le marché des rééditions qui s’est donné pour vocation de déterrer des trésors oubliés ou passés inaperçus de la musique seventies des pays arabes. Il sort ici une excellente compilation de morceaux en provenance d’Algérie, d’Egypte, du Liban, etc... qui ont pour point commun d’avoir mélangé des influences occidentales, subsahariennes et caribéennes, avec leur traditions musicales respectives. Bel exemple ici avec un artiste algérien largement inspiré par le style coladera inventé au... Cap-Vert ! Toute la compilation est du même acabit, plongez-y !

GUY ONE Everything I Do
#1 / Philophon
Guy One, compositeur et joueur de kologo (sorte de banjo à deux cordes, joué lors de mariages et autres fêtes du nord du Ghana) est un des leaders du style frafra en provenance du nord du Ghana (dont King Ayisoba est un autre représentant). Le morceau, mix de frafra-music et de highlife, est d’abord sorti en décembre pour annoncer l’album qui vient de sortir dans les bacs sur le très pointu label berlinois Philophon. Produit par Max Weissenfeldt (frère de J.J Whitefield dont il est question un peu plus haut, et tout deux membres des Poets of Rhythms), l’album fait le pont entre traditions et modernité, Europe et Afrique, avec un son typique de l’écurie berlinoise, analogique, gras et chaud comme j’aime.

BASA BASA Together We Win
Homowo / Vintage Voudou
Attention , album culte ! Paru pour la première fois au Ghana en 1979 (sous une autre pochette), l’album dont est issu ce titre mélange highlife, disco, afrobeat et soul d’une manière magistrale. Emmené par les frères jumeaux Nyuku, soutenus et financés à l’époque par Fela lui-même, le groupe emmène son auditoire dans un voyage à la fois dansant et spirituel, psychédélique et synthétique. A noter la présence du morceau cosmique African Soul Power, revisité par Sofrito il y a... dix ans déjà !

BLACK FLOWER Maqam Tizita Saba
Intermediate State / Sdban Belgium
Les belges du combo éthio-dub-jazz Black Flower ont décidés de sortir cet EP entre deux albums, et c’est comme toujours un plaisir de découvrir leur travail à (très) fortes influences éthiopienne et arabes. Je leur laisse le soin d’expliquer leur démarche : « L’inspiration est venue du rituel de « rêve créatif » de Salvador Dali. Avec une paire de ciseaux à la main, il s’asseyait, fermait les yeux et s’endormait. Au moment où son corps et son esprit entraient dans un profond sommeil, les ciseaux tombaient et le réveillaient. Dali commençait alors à peindre en utilisant l’inspiration de ses rêves. Ces peintures peuvent être considérées comme le résultat d’un état intermédiaire entre la conscience et le subconscient, une zone entre éveil et sommeil. »

LAMINE CISSOKHO Folon
Kora +1 / Sing A Song Fighter

Lamine Cissokho est un joueur de kora originaire de Casamance au Sénégal, descendant d’une famille de griots mandingues dont les traditions remontent au 14e siècle. Il voit son cinquième album Kora +1 datant de l’année dernière, ressortir tout récemment en vinyle. Installé depuis une quinzaine d’années en Suède, il est ici accompagné par des musiciens jazz de la scène actuelle suédoise, dont un accordéoniste, un pianiste et un contrebassiste, pour un résultat envoûtant tout en subtilité.

Bon-Ton Roulay

EAST AFRICAN POP MUSIC

by Bob Stereo

La musique populaire est-africaine connait son essor à la fin des années 60, principalement sous l’influence de la rumba congolaise qui envahit alors les ondes radio de plusieurs pays africains, de la Côte d’Ivoire à la Tanzanie. De nombreuses formations voient ainsi le jour sur les scènes de Nairobi et Dar es Salaam, proposant au public de la rumba puis du soukous souvent très bien produits ainsi que des dérivés locaux comme le benga, une musique initiée par D.O. Misiani qui fit fureur au Kenya dans les années 70 et 80. A cette époque, l’Est africain fut aussi une terre d’accueil pour des musiciens congolais, comme Samba Mapangala ou encore le célèbre Super Mazembe Orchestra, qui y firent carrière avec un succès certain.

Malako Disco / Samba Mapangala & Orchestre Virunga

Mama Kamale / Sukuma Bin Ongaro

Nalala Kwa Taabu / Mlimani Park Orchestra

Jaa / D.O. Misiani & Shirati Jazz

Lukasi / Orchestra Super Mazembe

Wed Today Divorce Tomorrow / Gabriel Omolo & his Apollo Komesha

Bibi Joys / Super Bunyore Band

Barua / Issa Juma & the Super Wanyika Stars

Baba Mkwe Pt. 2 / Kakai Kilonzo & les Kilimambogo Brothers

La Disco Afro Mix #5

mixed by Bon-Ton Roulay

Six morceaux sortis de presses en 2017, et face à eux six raretés ou classiques. Voilà le menu de cette sélection afro concoctée par Bon-Ton Roulay pour la news-letter La Discothèque Africaine.

Kodjovi Kush & Afrospot All Stars Vs Tony Allen

Artiste togolais installé à Londres, Kodjovi Kush vient de sortir son premier et très bon album, qui mélange joyeusement highlife, afrobeat et agbadja (rythme traditionnel togolais). Nutifafa, le morceau sélectionné ici faisant la part belle à la rythmique afrobeat, quoi de plus naturel que de le faire suivre par un classique de son inventeur Tony Allen, Road Safety, paru en 1979 sur l’album No Discrimination, d’autant plus que Kodjovi Kush a tourné avec Tony Allen lors de ses dernières tournées.

Belmond Black Vs Sonny Okosun

38 ans après sa première parution plutôt confidentielle, l’unique et superbe album de cet artiste camerounais méconnu retrouve une seconde vie grâce au digger de disques africains Kali AfriKali, dont c’est la première sortie de son label Kena Records. L’artiste est parti à l’époque enregistrer son album à Lagos au Nigeria, comme bon nombres d’autres musiciens à l’époque, là ou l’un des plus grands artistes nigérian, Sonny Okosuns, enregistrait en 1976 son premier album d’ou est tiré le morceau qui suit et intitulé O’Jesu.

Les As Du Golf Vs Baba Commandant & The Mandingo Band

Les 2 morceaux qui suivent ont été écrit et interprétés par des artistes togolais. D’abord Les As Du Golf, qui n’ont enregistrés qu’un seul album devenu très recherché, et dont est issu le morceau sélectionné ici. Il précède un titre de Baba Commandant sorti il y a 2 ans mais qui va très bientôt retrouve le chemin des bacs des disquaires puisque le toulousain Mr Boom a relooké de fort belle manière un des titres les plus puissants de l’album, en le (re)taillant pour le dancefloor. Le label français Mawimbi a repéré le travail effectué par Mr Boom et s’apprête à le sortir en version vinyle d’ici quelques semaines, pour le plus grand bonheur des dj’s... et des danseurs !

Winam Jazz Band Of Africa Vs Migori Superstars Vs Africaine 808

Il semblerait que le Kenya soit à l’honneur ces dernières semaines avec pas mal de sorties autour du style benga qui a enflammé les pistes de danse dans les années 70 et 80 à Nairobi. Avant d’écouter un edit concocté par les toujours très efficaces berlinois Africaine 808 d’un obscure morceau issu de la toute fraîche compilation Flee Project Issue 1 - Benga sur le label du même nom, petit rappel de barème avec ce morceau 100% benga originel de 1976 du Winam Jazz Band Of Africa.

Siassia & Tokobina Vs Orchestre Cavacha

On ne s’éloigne pas tant que ça du Kenya, ni musicalement ni géographiquement, avec la paire de morceaux qui suit, puisque le benga a beaucoup de liens avec la rumba et le soukous du pays voisin le Congo-Zaïre, les deux styles s’étant fortement influencés l’un et l’autre. On peut notamment l’entendre à l’écoute de la première sortie du label Nouvelle Ambiance (petit frère du label Sofrito d’Hugo Mendez associé au digger Nicolas Skliris), sorte de new-wave-minimal-electro-soukous enregistré à Paris dans les années 80. Retour aux sources ensuite avec un morceau de rumba-cavacha-soukous datant de 1975 par le bien-nommé Orchestre Cavacha, du Congo.

Nkotti Francois & The Black Styl 77 Vs Francis Bebey

On repart au Cameroun avec d’abord une autre réédition qui vient de paraitre sur le nouveau label français Nanga Boko Records tenu par le digger (encore un !) Armand de Preseau, fondateur du riche site www.africangrooves.fr. Le premier album du chanteur N’Kotti François parut pour la première fois il y a tout juste 40 ans, et mélange des styles aussi divers que le rock, l’afrobeat, la soul, le soukous, le funk, voire même un soupçon de twist.
Pour clôturer cette sélection, on s’écoute un titre assez rare et ô combien doux pour les oreilles : O’bia du légendaire camerounais Francis Bebey.

Pour recevoir la news-letter La Discothèque Africaine, merci d’envoyer votre e-mail à ladiscoafro (at) gmail.com

Bon-Ton Roulay

Séga lé là !

Deux compilations en un peu plus d’un an, le séga 70’s a enfin la place qu’il mérite dans les rééditions de musique africaine et de la diaspora.

Le séga est le patrimoine musical commun à toutes les îles de l’archipel des Mascareignes : île Maurice, Seychelles, La Réunion, pour ne citer que les plus importantes. Comme les musiques afro-américaines, il s’agit d’une rencontre d’abord entre des rythmes africains pratiqués par les esclaves déportés depuis la côte Est du continent et Madagascar, puis avec les musiques européennes au cours du XIXe siècle. Valses, quadrilles, mazurkas se créolisent, l’accordéon se marie avec les percussions ravanne, kès et kayamb.

A partir des années 50, le séga enregistré s’édulcore peu à peu jusqu’à devenir pour sa partie la plus commerciale une musique sans saveur. A La Réunion, c’est le retour aux racines du maloya qui va amener un renouveau musical à la fin des années 70, tandis qu’à l’île Maurice, le seggae (mélange de séga et de reggae) endosse la fonction contestataire.

La dernière compilation en date, Soul Sega Sa, parue chez Bongo Joe, tout comme Soul Sok Sega parue chez Strut en 2016, s’attache à mettre en valeur les titres plus profonds, plus concernés socialement du séga 70’s, à rebours de l’image de musique légère, consensuelle, voire touristique. Les deux labels ont également sélectionné les titres les plus en phase avec l’oreille 70’s des DJs et du public, en choisissant des titres avec un clavier soulful, une guitare bluesy, ou une innovation électronique.

Je vous recommande également chaudement la compilation Oté Maloya, toujours chez Strut, consacrée à cette musique réunionnaise, aux mêmes racines que le séga, mais restée beaucoup plus dépouillée en raison de son interdiction jusqu’en 1982

  Amour Artificiel 

L’Espadrille